Cours 2 : Surprise – Bikkuri

Résumé :

Pendant la pause déjeuner à la cantine, Paul rencontre par hasard Ryou, un ancien camarade de classe.

Ils se sont connus au lycée, lorsque Ryou était étudiant en échange linguistique en France. Cependant, après leur première année d’université, ils se sont perdus de vue.

Paul, très surpris, va à sa rencontre :



Dialogue :

  1. Paul : Hisashiburi desu !
    ひさしぶり です!

  2. Ryou : Bikkuri shita !
    びっくり した!

  3. Paul : Genki desu ka ?
    げんき です か。

  4. Ryou : Hai, genki desu. Anata wa ?
    はい、げんき です。ポール は?

  5. Paul : Watashi mo genki desu.
    わたし も げんき です。



Traduction :

  1. Paul : Ça fait longtemps !
  2. Ryou : Quelle surprise !
  3. Paul : Comment allez-vous ?
  4. Ryou : Oui, je vais bien. Et vous ?
  5. Paul : Moi aussi, je vais bien.


Explications :

Le dialogue est volontairement formel. Nous aurions préféré que les deux personnages se tutoient, mais nous devons d’abord étudier les formes polies. Dans le dialogue suivant (cours 3), Paul et son amie se parlerons de manière familière afin d’équilibrer notre étude du japonais.

Le titre : Bikkuri signifie surprise. On l’écrit en hiragana びっくり. Le petit tsu っ indique qu’on doit marquer une pause qui dure le temps de prononciation d’un hiragana. Donc, on doit prononcer bikkuri en 4 temps : bi – pause – ku – ri. (les linguistes parlent de mores. Une more correspond au temps de prononciation d’une syllabe. Le petit tsu っest assimilé à une more et correspond à une pause qui dure le temps d’un kana.)

Phrase 1 : Hisashiburi est traduit par « ça fait longtemps ». Desu indique que la phrase est formelle. Si nous tutoyons notre interlocuteur, nous disons : « Hisashiburi ! » ; sans desu.

Phrase 2 : Bikkuri = surprise / suru = faire / Bikkuri suru = être surpris, s’étonner. Les expressions « Je suis surpris ! » et « Quelle surprise ! » sont traduites par « Bikkuri shita ! ». On décline le verbe suru au passé, car si on dit « bikkuri suru », on évoque un fait futur : « je vais être surpris » , « Ça m’étonnera » (voir les verbes dans la partie grammaire de cette leçon pour davantage de détails).

Phrase 3 : Genki est traduit par santé ; forme (physique). À l’inverse du français, on utilise « genki desu ka » dans le cas où nous n’avons pas vu notre interlocuteur depuis un assez long moment. En langue française, poser une question à propos de la forme physique de quelqu’un fait parti de nos salutations du quotidien : Comment allez-vous ? ; Comment vas-tu ? ; Vous avez la forme ? ; Ça va bien ?

À noter : quand on emploie cette expression à la forme familière, on omet le desu ka : Genki ? = Ça va ? ; Tu vas bien ?
Pour construire une question, on place la particule ka en fin de phrase (voir partie grammaire pour plus de détails).

Phrase 4 : Hai = Oui / genki desu = je vais bien / Anata wa ? = Et vous ?
Avec la particule wa は, nous pouvons faire des questions ouvertes. Par exemple : vous arrivez à l’hôtel. Vous dites que vous avez réservé une chambre. Le réceptionniste vous demande votre nom : « Onamae wa ? » = « Quel est votre nom ? » ; « Comment vous appelez-vous ? » (le « o » devant « namae » est un « o » honorifique afin d’être plus courtois avec son interlocuteur, « onamae » est assimilé à du keigo).

La question complète est : Onamae wa nan desu ka ? ; la traduction de « nan desu ka » est « qu’est-ce que c’est ? » ; nan est la contraction de nani ; nani seul signifie quoi.

Phrase 5 : Watashi = je / mo = aussi / genki desu = je vais bien.



Vocabulaire

Grammaire

Exercices

Cours 1 : L’école – Gakkou

Retour au sommaire

Laisser un commentaire