Cours 2 : Surprise – Bikkuri

Résumé :

Pendant la pause déjeuner à la cantine, Paul rencontre par hasard le professeur Nakahashi.

Paul a été son élève lorsqu’il était lycéen en France. Très surpris de le retrouver au Japon, il va à sa rencontre.



Dialogue :

  1. Paul : Hisashiburi desu !
    ひさしぶり です!

  2. Nakahashi sensei : Bikkuri shita !
    びっくり した!

  3. Paul : Genki desu ka ?
    げんき です か。

  4. Nakahashi sensei : Hai, genki desu. Anata wa ?
    はい、げんき です。ポール は?

  5. Paul : Watashi mo genki desu.
    わたし も げんき です。



Traduction :

  1. Paul : Ça fait longtemps !
  2. Nakahashi sensei : Quelle surprise !
  3. Paul : Comment allez-vous ?
  4. Nakahashi sensei : Oui, je vais bien. Et vous ?
  5. Paul : Moi aussi, je vais bien.



Explications :

Le titre :

Bikkuri signifie surprise. On l’écrit en hiragana びっくり. Le petit tsu っ indique qu’on doit marquer une pause qui dure le temps de prononciation d’un hiragana. Donc, on doit prononcer bikkuri en 4 temps : bi – pause – ku – ri. (les linguistes parlent de mores. Une more correspond au temps de prononciation d’une syllabe. Le petit tsu っest assimilé à une more et correspond à une pause qui dure le temps d’un kana.)


Phrase 1 :

Hisashiburi est traduit par « ça fait longtemps ». Desu indique que la phrase est formelle. Si nous tutoyons notre interlocuteur, nous disons : « Hisashiburi ! » ; sans desu.


Phrase 2 :

Bikkuri = surprise / suru = faire / Bikkuri suru = être surpris, s’étonner.

Les expressions « Je suis surpris ! » et « Quelle surprise ! » sont traduites par « Bikkuri shita ! ».

On décline le verbe suru au passé, car si nous disons « bikkuri suru », on évoque un fait futur : « je vais être surpris » , « Ça m’étonnera » (voir les verbes dans la partie grammaire de cette leçon pour davantage de détails).


Phrase 3 :

Genki est traduit par santé ; forme (physique).

À l’inverse du français, on utilise « genki desu ka » dans le cas où nous n’avons pas vu notre partenaire depuis un assez long moment.

En langue française, poser une question à propos de la forme physique de quelqu’un fait parti de nos salutations du quotidien : Comment allez-vous ? ; Comment vas-tu ? ; Vous avez la forme ? ; Ça va bien ?

À noter : quand on emploie cette expression à la forme familière, on omet le desu ka : Genki ? = Ça va ? ; Tu vas bien ?


Pour construire une question, on place la particule ka en fin de phrase (voir partie grammaire pour plus de détails).


Phrase 4 :

Hai = Oui / genki desu = je vais bien / Anata wa ? = Et vous ?


Avec la particule wa は, nous pouvons poser des questions ouvertes.

Par exemple : vous arrivez à l’hôtel. Vous dites que vous avez réservé une chambre. Le réceptionniste vous demande votre nom : « Onamae wa ? » = « Quel est votre nom ? » ; « Comment vous appelez-vous ? » (le « o » devant « namae » est un « o » honorifique afin d’être plus courtois avec son interlocuteur, « onamae » est assimilé à du keigo).

La question complète est : Onamae wa nan desu ka ? ; la traduction de « nan desu ka » est « qu’est-ce que c’est ? » ; nan est la contraction de nani ; nani seul signifie quoi.


Phrase 5 :

Watashi = je / mo = aussi / genki desu = je vais bien.



Vocabulaire

Grammaire

Exercices


Cours suivant >

< Cours précédent

Retour au sommaire


Laisser un commentaire