La particule no の

La première fonction de la particule no の est son rôle de connexion entre deux noms. Nous verrons ensuite qu’elle a d’autres utilités beaucoup plus complexes.

  • I. Particule de connexion.
  • II. Introduction d’une phrase devant les particules wa は et ga が.
  • III. Remplacement de l’objet.
  • IV. Poser des questions en langage familier.
  • V. Fournir ou demander une explication.

I. Particule de connexion.

On l’emploie pour connecter deux noms :

かれ  こうこう の せんせい です。
Kare wa koukou no sensei desu.
Il est professeur de lycée.

(Kare = il ; koukou = lycée ; sensei = professeur ; desu = être)

フランス の パン です。
Furansu no pan desu.
C’est du pain français.




On peut former des pronoms possessifs en combinant un pronom personnel avec la particule no の :

わたし の いえ です。
Watashi no ie desu.
C’est ma maison.

あなた の いぬ です 
Anata no inu desu ka.
Est-ce votre chien ?




« Watashi no » et « anata no » ne sont pas des pronoms possessifs en japonais (watashi = je / anata = vous), ce sont des pronoms personnels combinés avec la particule no の.

Cependant, nous n’avons pas d’autre choix que de les traduire par un pronom possessif en français :
Watashi no = mon, ma, mes.
Anata no = votre, vos.

わたし  の くつ  は どこ です 
Watashi no kutsu wa doko desu ka.
Où sont mes chaussures ?


Voyons d’autres combinaisons possibles :
Kare no = sa, ses (kare = il)
Kanojo no = sa, ses (kanojo = elle)

かれ の いもうと です。
Kare no imouto desu.
C’est sa sœur cadette.



II. Introduction d’une phrase devant les particules wa は et ga が.


Quand on a une phrase verbale devant les particules wa は et ga が, on doit placer la particule no の entre les deux. Parfois la traduction « le fait de… » est proposée, cependant, ce n’est pas une obligation de traduire no の ainsi.

野球するの好きです。
Yakyuu suru no ga suki desu.
J’aime jouer au baseball.
(Le fait de jouer au baseball me plaît)

大阪に行くの凄く時間が掛かります。
Ōsaka ni iku no wa sugoku jikan ga kakarimasu.
Ça prend énormément de temps d’aller à Ōsaka.



III. Remplacement de l’objet.

On peut ne pas répéter le nom de l’objet dont on parle si le contexte est suffisamment clair. Voyons cela sous forme de dialogues :

Premier exemple :

1. Léna :
なつこさんの車はどれです
Natsuko san no kuruma wa dore desu ka.
Quelle est la voiture de Mme Natsuko ?

2. Ken :
赤いのです。
Akai no desu.
C’est la rouge.

Deuxième exemple :
1. Megumi :
誰のぼうしです
Dare no boushi desu ka.
À qui est ce chapeau ?

2. Paul :
私のです。
Watashi no desu.
C’est le mien.



IV. Poser des questions en langage familier.

Dans les manuels de japonais destinés aux francophones, il est souvent expliqué que la particule no の employée pour poser une question en langage familier est réservée uniquement aux femmes. Or, énormément d’hommes utilisent no の afin de formuler une question.

夜何時食べるの?
Yoru nanji ni taberu no ?
À quelle heure manges-tu le soir ?

明日お寺行くの?
Ashita otera ni iku no ?
On va au temple demain ?



V. Fournir ou demander une explication.

Pour fournir une explication, on peut traduire no par « c’est que », mais ce n’est pas une obligation car les phrases se terminant par « no desu » sont très courantes au point que cette terminaison soit considérée en tant qu’idiome.

– « no desu » est moins fort que « kara » ( kara = parce que) ou « node » ( node = car), cependant, le fait d’utiliser « no desu » ou « ndesu » (contraction de la particule no en n) va rendre votre façon de parler beaucoup plus naturelle.

明日早く仕事行くのです。
Ashita hayaku shigoto ni iku no desu.
(C’est que) Demain je vais travailler tôt.

秋葉原行きたいのです
Akihabara ni ikitai no desu ga.
(C’est que) je voudrais aller à Akihabara.

La dernière phrase peut être utilisée afin de demander son chemin à une personne que l’on ne connaît pas. La particule ga en fin de phrase signifie littéralement « mais », afin d’exprimer une certaine hésitation et être moins abrupte dans sa demande : « Je voudrais aller à Akihabara mais… »




Le no の peut se contracter en n ん dans une phrase en langage courant, aussi bien au vouvoiement qu’au tutoiement.

明日何時学校行くんです
Ashita nanji ni gakkou he iku n desu ka.
À quelle heure allez-vous à l’école demain ?

Kinou gakkou ni itta nda ne !
昨日学校行ったんだね!
Hier, t’es allé à l’école, hein !



Pour aller plus loin :

. On peut former des fractions :

二分の一
Ni bun no ichi
1/2 (un demi)

三分の一
San bun no ichi
1/3 (un tiers)

四分の一
Yon bun no ichi
1/4 (un quart)




. On peut exprimer « parmi » combiné avec « naka » :

沖縄の中で、みやこじま一番好きです。
Okinawa no naka de, miyakojima wa ichiban suki desu. 
Parmi les îles d’Okinawa, Miyakojima est ma préférée.



En conclusion :

La maîtrise de la particule no の est une étape charnière de votre progression en japonais. Sa première fonction de connexion est relativement simple à intégrer, cependant, il est essentiel de pratiquer régulièrement en créant ses propres phrases jusqu’à ce que son utilisation devienne naturelle.

    1 Response to "La particule no の"

    • […] 私の友達はパソコンを三台も買いました。Watashi no tomodachi wa pasokon wo sandai mo kaimashita.Mon ami a acheté trois ordinateurs.おばあちゃんは猫を5匹も飼っています。Obaachan wa neko wo gohiki mo katteimasu. Ma grand-mère élève cinq chats. Dans ces deux premiers exemples, la particule も mo indique un grand nombre d’ordinateurs et de chats ; difficilement traduisible en français.車で三時間も掛かります。Kuruma de sanjikan mo kakarimasu.En voiture, ça prend trois bonnes heures. 二時間も待ちました。Nijikan mo machimashita.J’ai attendu deux longues heures. Dans ces deux exemples ci-dessus, on arrive à trouver une traduction qui se rapproche du sens de la particule mo pour indiquer « un grand nombre de choses » . […]

Laisser un commentaire