Le temple bouddhiste sensō-ji (せんそうじ=浅草寺) est certainement le lieu le plus connu du quartier d’Asakusa. Les touristes, Japonais et étrangers, s’y pressent pour apprécier un Japon authentique en plein cœur de la ville de Tōkyō.

En japonais « temple bouddhiste » se dit « otera », alors que « sanctuaire shintō » se dit « jinja ».  En effet, on fait souvent l’amalgame entre le bouddhisme et le shintoïsme, qui sont les deux principales religions du Japon, et pour les mêmes raisons on confond otera et jinja. Le temple sensō-ji d’Asakusa a donc tous les attributs d’un temple bouddhiste. 

La légende raconte que deux frères pêchant sur les rives de la rivière sumida découvrirent une statue de la Déesse Kannon. En l’an 645, le temple fut achevé.

asakusa tokyo

Bien différent aujourd’hui, on n’y pénètre par la porte du tonnerre « kaminarimon 雷門» (雷kaminari = tonnerre / 門mon = porte, portail). On arrive ensuite dans une allée commerçante nommée « nakamise dōri 仲見世通り » regroupant environ 90 yatai (petit magasin sous forme de stand) composés de miyageya (magasin de souvenirs) et de tabemonoya (baraque où l’on vend de la nourriture).

asakusa tokyo

Les bonnes manières veulent qu’au Japon on ne mange pas en marchant. C’est donc en face du stand où l’on achètera notre nourriture que l’on dégustera. 

asakusa tokyo

Tout au bout de cette allée, une autre porte nous attend : « la porte de la salle au trésor hōzōmon 宝蔵門 » . Une fois franchie, on peut découvrir la pagode à cinq étages, le bâtiment principal, plus d’autres bâtiments annexes. 

Dans le quartier d’Asakusa, il est possible de trouver d’autres lieux très intéressants comme par exemple le parc sumida, le siège de asahi et Tokyo skytree

asakusa japon

Malgré la forte fréquentation, ce lieu a su garder son authenticité et conserver son patrimoine conjugué à la modernité. C’est certainement ce qui fait la clé de son succès. 

Laisser un commentaire